Hironde

Hironde, la rencontre de deux assemblages

Depuis que j’ai entamé ma reconversion, j’ai toujours été fasciné par la diversité et l’esthétique des assemblages utilisés. L’assemblage est non seulement une partie du métier d’ébéniste ou de menuisier en sièges, mais peut être considéré comme son essence même.

En effet, l’assemblage permet d’associer deux pièces de bois. Or, les révolutions industrielles depuis le XIXème siècle ont profondément transformé les processus de fabrication. L’industrie s’est d’abord tournée vers le métal puis l’utilisation intensive des plastiques et leur facilité de moulage est venue accélérer ce processus. Je souhaitais rendre hommage à cette tradition de l’ébénisterie fine qui utilise l’assemblage non seulement pour sa fonction mais également pour sa valeur esthétique.

Derrière l’assemblage, il y a également la notion de mystère. C’est pour lever le voile sur ce dernier que j’ai souhaité utiliser la transparence de la résine époxy pour rendre compte de la beauté intrinsèque de ces assemblages. J’ai voulu en quelque sorte « retourner l’histoire » et ne plus opposer deux processus de fabrication : mouler son assemblage.

« Hironde » est donc la rencontre de deux assemblages : la queue d’aronde et le bec d’oiseau. Il est remarquable que les deux principales traditions d’ébénisterie, en Europe et au Japon, aient conçu des assemblages semblables alors même que les échanges entre ces deux parties du monde étaient encore quasi inexistants. La queue d’aronde (ou « Ari-Tsugi »), dont le nom est issu de l’hirondelle, se retrouve, d’un point de vue formel, dans le dessin même de la chaise (au niveau du dossier, de l’assise ou encore des pieds avant). Quant au bec d’oiseau (ou « Ken-isuka-tsugi »), on le retrouve sur le bas des pieds. Il vient dessiner un léger sabot de bois, et donner une impression de suspension, d’envol.

Le frêne clair rappelle le plumage blanc des hirondelles, une sensation accentuée par le choix d’un bois ramagé sur dosse et qui vient dessiner des flammes virevoltant telles les plumes de l’hirondelle. Le ramage du bois est également un rappel du ramage des hirondelles, ce chant délicat des oiseaux. Quant au cuir de buffle, sa couleur noire et sa texture viennent contraster avec le bois lisse. Enfin, la résine époxy a été légèrement teintée de bleu afin de rappeler les reflets de certaines plumes de l’hirondelle mâle.

2 réflexions sur “Hironde

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s